Coupe du monde voile ISAF Hyères 2015

Publié le par Ivan G

Coupe du monde voile ISAF  Hyères 2015
J2B (à gauche) et Ivan Gerber
J2B (à gauche) et Ivan Gerber

Ce week-end pas de benji, pas même derrière la voiture. Il faut dire que ces dernières semaines j’avais un peu chargé avec le RIST, la « Gones a skiff » à Lyon, la session d’ouverture au Lac Monteynard

Ce week-end donc, je suis parti en repérage sur le circuit ISAF pour assister aux préparatifs J-2 de la coupe du monde de voile qui se tient à Hyères. Des bateaux, des athlètes, du vent, du soleil de la pluie, des vagues, du sel que du bon que du vrai.

Après quelques coups de téléphone, je donne RDV dimanche à Jean Baptiste Bernaz sur le port.

Le temps n’est pas au RDV et il pleut des trombes, temps de chien va ! je m’adonne au spectacle des RS-X en entraînement sur l’eau avant de me mettre à l’abri en attendant que J.2B en termine avec sa séance de kiné.

Je le rejoins dans un café le SAX. Là autour d’un verre nous faisons plus ample connaissance (nous nous connaissions déjà un peu car on avait en projet de faire une presse il y’a 2 ans avec Loic Madeline (Voile Magazine) pour le lancement du Benji RRS.

J2B (Top 10 JO et top 5 Mondial Laser Std) m’a paru avant tout quelqu’un de posé et réfléchi ce qui caractérise les athlètes de haut niveau. Il me propose dans un premier temps de lui parler un peu du nouveau benji R2 et me demande en quoi il est différent des autres benji. Je lui expose rapidement les aspects de fabrication et ce sur quoi il diffère. Nous évoquons les similitudes du benji et du laser.

Laser Std USA

Laser Std USA

Bien que je me batte pour diffuser le Benji je dois admettre que le Laser est un bateau surprenant, cela fait environ cinquante ans qu’il existe, c’est d’une manière le bateau le plus accessible de tous (techniquement, large diffusion) mais c’est aussi le bateau le plus difficile dans le sens où le niveau est extrêmement élevé. Pas de pitié pour les athlètes, dans un jour sans ils peuvent se voir rétrogradés d’une bonne dizaine de place au classement.JB2B parle alors de densité forte dans le niveau.

A l’issue de notre entrevue, nous convenons qu’il puisse tester notre dériveur pour se faire une idée. On va donc commencer par lui mettre un RRS orange à dispo dans son club à Saint Maxime ou il pourra naviguer entre deux compétitions. Ensuite je lui ferais tester le R2.

Avec une Go pro et J2B à la barre on risque d’avoir de belles images. Si on arrive à bloquer une date et que la météo s’y prête et je naviguerai avec lui (dans son sillage bien sur !).

Voila bonne nouvelle donc pour l’équipe Gehull et GSL2. Le benji est entre de bonnes mains.

Lili Sebesi (à gauche) et Julie Bossard

Lili Sebesi (à gauche) et Julie Bossard

Avant de repartir je me rends sur le parking derrière le port QG des 49er dans l’espoir d’y rencontrer Manu Dyen pour le saluer (Manu m’avait aidé en faisant un peu de promo photo sur le Nautic à Paris en 2008 où il pausait devant le RRS version 1).

Là j’ai pu discuter avec Lili Sebesi et Julie Bossard (n° de voile FRA 351) un équipage féminin qui je l’espère va tout rafler à juger leur palmares en dériveur. Il y’avait chez ces filles de la bonne humeur et de la détermination. Un petit moment de bonheur passé en leur compagnie.

Ensuite j’ai tourné la clef dans mon vieux break subaru outback pour aller retrouver toute ma petite famille de belles images plein la tête.

Bon n’hésitez pas à laisser des commentaires, je tacherai d’y répondre.

Ivan Gerber.

Coupe du monde voile ISAF  Hyères 2015
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article